Disciplines - TORASHINDO

Shotokan
Kobudo
Karaté
d'Okinawa
Aller au contenu
LE KARATE-DO SHOTOKAN

SHO = Arbre, pin du Japon, l’idée de force au sol, stabilité TO = Océan, l’idée de mouvement rapide, grande énergie KAN = Maison, Dojo (lieu d’étude et d’échanges)
Le KARATE-DO, discipline originaire de l’Empire du Soleil Levant, a été fidèlement transplantée en Europe tant pour la technique que pour l’esprit. Il est un art martial à main nue (KARA = Vide ;  TE = Main ;  DO = Voie); la voie de la main vide : un art subtil d'auto-défense au moyen de techniques de parades et de différents types d’attaques (coup de poings, coup porté avec la main ouverte, coup de coude, de genou et de pieds ...), sur le principe du blocage et contre-attaque, ce qui inculque au pratiquant l’idée de ne jamais frapper le premier et de ne servir de son arme naturelle que pour se défendre.
 
Mais avant d’avoir cette maîtrise de self-défense, il est nécessaire de forger le corps et l’esprit par des séances sérieuses et régulières. Tout en se fortifiant, on apprend aussi la respiration juste, comment gérer son énergie, le retour au calme, le contrôle de soi ...
 
Ainsi, le contrôle mental entretient la forme physique acquise, développe la volonté, rend le pratiquant plus serein face au stress. L’état mental consiste à s’efforcer d’associer calme (relaxation) et concentration (esprit attentif et vigilant).

L’entraînement au KARATE-DO est un modèle de comportement, une technique bonne pour le corps (postures justes, dos droit ...). Et on peut en tirer d’autres vertues telles que : le courage, le respect des personnes, des lieux et des objets, la patience, la modestie, l’humilité, la prudence, le contrôle de ses actes, la spontanéité, la créativité, la recherche de l’efficacité ... la liste est encore longue. De plus, le KARATE-DO est une méthode de combat très efficace, mais c’est aussi un art passionnant et une remarquable culture physique.

LE KOBUDO D'OKINAWA

Le Kobudo d'Okinawa et le karaté sont intimement liés à l'histoire de l'île qui a connu de nombreux conflits et guerres sur son sol.
C'est plus particulièrement au XVIIe siècle, lors des invasions japonaises, que les habitants de l'île, privés d'armes (pour éviter leur rébellion), durent élaborer des techniques de défense à main nue et à partir d'objets, d'outils usuels de leur vie quotidienne. L'utilisation d'ustensiles pour se défendre est à la base du kobudo. Les habitants d'Okinawa développèrent donc des techniques de combat avec une grande ingéniosité et créativité guerrière, profitant également d'influences chinoises. Les entraînements se déroulaient en secret, de façon très réaliste s'agissant alors d'une question de vie ou de mort.

Le kobudo a été pratiqué de génération en génération pour parvenir jusqu'à nous. Un bon nombre d'experts okinawaïens de Karaté pratiquent également le Kobudo.
Ayant démontré son efficacité au cours de son histoire, le kobudo est devenu, aujourd'hui, inutile pour combattre face aux armes modernes. Il permet à présent de perpétuer le souvenir d'hommes et de femmes qui n'avaient qu'un but : défendre leur vie. Sa diffusion se fait aujourd'hui en tant qu'"Art de la Paix". Les arts martiaux traditionnels représentent un héritage culturel d'une grande richesse pour l'île d'Okinawa.
Aujourd'hui, le pratiquant de kobudo porte une tenue proche de celle du karatéka, à ceci près : sa veste est de couleur noire.
Il pratique les armes suivantes : le Bo (baton long), le Saï, le Tonfa, le Nunchaku et de nombreuses autres.

TORASHINDO
11 RUE DU 62ème R.I.
56100 LORIENT
Téléphone : 06.81.20.71.22
SIRET : 510 602 774 00026
Accueil    Horaires    Disciplines    Tarifs    News    Presse    Sponsors
Retourner au contenu